La célèbre phrase « J'ai très tôt renoncé à la viande et un jour viendra où les hommes tels que moi proscriront le meurtre des animaux comme ils proscrivent aujourd'hui le meurtre de leurs semblables », souvent citée par les militants pour appuyer leurs arguments en faveur du végétarisme, n'aurait jamais été prononcée par le génie italien.

                                  ldvleoporxs6

La citation circule sur de nombreux sites internet, traduite en plusieurs langues. Malheureusement, comme beaucoup d'autres, elle n'est accompagnée d'aucune source, et pour cause : introuvable dans les écrits laissés par l'auteur, cette parole serait en fait tirée d'une fiction, un roman russe de Dimitri Merjkowski datant de 1928 et intitulé The Romance of Leonardo da Vinci. C'est ce que rapporte David Hurwitz dans un article écrit en 2002 pour le site de l'IVU.

Même si la citation est fausse, de Vinci aurait effectivement été végétarien. Il n'existerait qu'un seul écrit de l'époque y faisant référence : un courrier de l'explorateur Andrea Corsali à Guilano de Medicis et dans lequel on peut lire : « Certains infidèles nommés Hindous ne mangent rien qui contiennent du sang, et ne permettent aucune blessure faite à un être vivant, comme notre Léonard de Vinci. ». Cette lettre est citée en commentaire dans l'un des traités de l'artiste, The Literary Works of Leonardo da Vinci, volume 2, p.617, par son traducteur Jean-Paul Richter.

Dans cette même œuvre, nous pouvons trouver d'intéressants propos de Léonard de Vinci au sujet de notre relation avec les animaux. En effet, grand observateur de la Nature, il n'en admirait pas tous les aspects : « Notre vie est faite de la mort des autres. » (p.672) ; « Pourquoi la nature n'a-t-elle pas décrété qu'une créature ne devait pas vivre de la mort d'une autre ? ». Ces deux remarques montrent le sentiment d'injustice qu'il ressent face à notre façon de nous nourrir, et éclairent son choix d'être végétarien.

De Vinci était connu pour vouer un grand respect à la Nature et aux animaux. Dans The Mind of Leonardo da Vinci, écrit en 1928, Edward McCurdy rapporte que l'artiste se rendait sur les marchés aux bestiaux de Florence, et rachetait des oiseaux en cage, afin de leur rendre la liberté.

Léonard de Vinci aurait-il milité à nos côtés, pour un monde non spéciste ?

Source: Vegmag